Augmenter le nombre de personnes participantes aux ateliers de formation: conseils de CP

La dernière session de connexion virtuelle de la communauté de développement pédagogique canadienne (CDPC) a mis en lumière des stratégies clés pour promouvoir la participation aux ateliers de formation. Dominic Brierre, Gabriella Frankel et Franck Herling de HEC Montréal ont souligné l’importance de répondre aux besoins spécifiques des formateurs avec des évènements ciblés et des titres captivants pour les formations.

Je vous propose les principales réponses que je retiens notamment de mon groupe bilingue, mais vous pouvez également consulter le padlet.

Les personnes participantes ont relevé une série de bonnes pratiques axées sur la promotion et l’engagement des personnes enseignantes. Parmi celles-ci, je retiens l’organisation d’évènements comme le Winter Fest ou le mois de la pédagogie universitaire (MPU), des sessions en présentiel pour les nouvelles personnes enseignantes, et l’utilisation de titres accrocheurs pour annoncer les formations. L’observation des besoins spécifiques des personnes enseignantes, la mise en place d’approches interactives et de codéveloppement, ainsi que l’adaptation organique des contenus sont des éléments relevés par les CP rassemblés.

Training with the community and not for the community, ask them what they need!

Des approches innovantes telles que la conception de cours en phase initiale (backward design), notamment celles pratiquées par McGill et Concordia, se révèlent prometteuses. L’évaluation ainsi que l’intégration de l’intelligence artificielle (IA) dans le processus d’apprentissage représentent également des défis quotidiens qui nécessitent une attention particulière dans les formations proposées.

Formats gagnants: entre collaboratif et pragmatique

Les ateliers interactifs basés sur le travail collaboratif se sont révélés efficaces, en particulier lorsqu’ils sont conçus pour cibler directement les compétences quotidiennes des personnes enseignantes. Ces formats encouragent une participation active et le partage d’expériences grâce à l’utilisation de ressources diverses telles que des vidéos, des podcasts et des webinaires.

Les formats innovants comme des vidéos de cinq minutes pour introduire des concepts (l’idée d’un accompagnement inversé) et des «midis pédagogiques» qui optimisent les pauses repas sont des exemples d’adaptation aux rythmes modernes. Les activités à la carte, les communautés de pratique et les clubs de lecture offrent des opportunités d’apprentissage personnalisé et de développement professionnel continu.

Équilibre: s’adapter aux besoins et au temps

La préférence tend à se dessiner pour les sessions en ligne, qui suppriment les barrières géographiques et permettent une plus grande flexibilité. Les formats hybrides, cependant, semblent moins populaires en raison de leur complexité aux dires des CP. Il faut le dire, les sessions en ligne permettent des inscriptions de dernière minute d’un simple clic. Pendant ce temps, les formations en présentiel souffrent parfois d’une absence totale de personnes participantes…

L’adaptation de l’offre de formation à des moments stratégiques de l’année académique, comme avant les périodes d’évaluation, est également une pratique valorisée. Concrètement, les CP rassemblés proposent de décliner l’offre de formation en plusieurs formats variant en fonction du type de formation : des séances intensives de 15 minutes pour les formations exclusivement en ligne, 60 minutes pour les formations hybrides, et jusqu’à 90 minutes pour les autres formations en présentiel. La flexibilité reste un atout, avec des propositions d’ateliers adaptées aux disponibilités des personnes enseignantes.

Multicanal ou comment trouver une oreille attentive?

Pour une communication efficace, les conseils tournent autour d’une approche multicanal : une salle Zoom accessible en permanence, des inscriptions distinctes pour recevoir les enregistrements, une présence sur LinkedIn, des affichages stratégiques et des courriels directs. Les recommandations des responsables des facultés et le bouche-à-oreille sont cruciaux pour la promotion interne, tandis que les courriels hebdomadaires et les réseaux sociaux maintiennent l’engagement des personnes participantes sur le long terme.

L’ajout de fonctionnalités comme des rappels, la mise à disposition de ressources sur SharePoint, et l’encouragement à l’expérimentation de nouvelles pratiques pédagogiques sont également considérés comme de bonnes pratiques dans la promotion. Enfin, la construction de relations durables, l’identification de champions ou d’alliés au sein des programmes, et la proposition de certifications ont renforcé l’attractivité et la valeur des ateliers.

Ce qui me fascine, c’est qu’au final nous sommes tous dans le même bateau! Il ne faut donc pas hésiter à questionner nos pratiques (bon coup, mauvais coup) et questionner celles des collègues pour s’assurer d’une grande flexibilité afin de proposer une offre porteuse de sens!

Réponses